• À venir

  • Actuellement

  • Année 2014

  • Année 2013

  • Année 2012

  • Année 2011

  • Année 2010

  • Année 2009

  • Année 2008

  • Année 2007

  • Année 2006

  • Année 2005

  • Année 2004

  • Année 2003

  • Année 2002

  • Année 2001

  • Année 2000

  • Année 1999

  • Année 1998

  • Année 1997

  • Année 1996

  • Année 1995

  • Année 1994

  • Année 1993

  • Année 1992

  • Année 1991

  • Dan Perjovschi - Nahum Tevet

    2 juillet - 16 octobre 2005

    [English Below]
    Dan Perjovschi
    Roumanie 1961, vit à Bucarest
    Avec une forte conscience politique et un humour dévastateur, Dan Perjovschi pointe la responsabilité de chacun dans la construction collective du monde. Ses dessins sont drôles, acerbes et toujours justes. Au début des années 90, il dénonce par de petites caricatures dans la presse d’opposition roumaine le contrôle social et médiatique, l’isolement, le renoncement ou la dénonciation pour échapper au système. Les graffitis éphémères qu’il réalise par la suite dans les lieux d’exposition ou dans la rue, posent des questions inconfortables sur l’identité post-communiste, l’arrogance de l’Occident et les pressions subies par les artistes en Europe.

    Nahum Tevet
    Israël 1946, vit à Tel Aviv
    Les sculptures de Nahum Tevet combinent des références propres à l’histoire de l’art (au constructivisme ou au minimalisme), à des éléments qui touchent la mémoire collective. Chaque œuvre se développe autour d’un petit réservoir de formes, de carton ou de bois, fabriquées et vernies par l’artiste, qui sont ensuite développées, augmentées et multipliées. Par leur composition et leur échelle, ses œuvres sont insaisissables dans leur globalité. Invitant le spectateur à se déplacer constamment, elles engendrent une expérience de la spatialité et posent la question du point de vue, devenant, selon Nahum Tevet, “des instruments pour regarder“.

    Dan Perjovschi
    Romania 1961, now living in Bucharest
    Dan Perjovschi’s work dissects our individual responsibility in the collective construction of the world with a powerful political conscience and with devastating wit. His drawings are funny, acerbic, and straight to the point. In the early 1990s, his little caricatures in the opposition media in Romania condemned the lack of social and press freedom as well as people who shut themselves off, turned their backs on society, or turned informer as a way of beating the system. Later, his ephemeral graffiti in exhibition spaces and in the street asked awkward questions about post-Communist identity, the arrogance of the West and the pressures artists faced in Europe.

    Nahum Tevet
    Israel 1946, now living in Tel Aviv
    Nahum Tevet’s sculptures combine references to art history (constructivism, minimalism) with elements which draw on the collective memory. Each work is developed around a small group of cardboard or wood pieces, made and varnished by the artist, which are then developed, extended, and multiplied. The composition and scale of the works means it is impossible to grasp them in their entirety. They invite the spectator constantly to view them from new angles, engendering an experience of space and throwing open the question of the vantage point, becoming, as Nahum Tevet says, “instruments for looking.”


    Dan Perjovschi Dan Perjovschi Dan Perjovschi Dan Perjovschi Nahum Tevet Nahum Tevet

    Autour de l'exposition