• À venir

  • Actuellement

  • Année 2014

  • Année 2013

  • Année 2012

  • Année 2011

  • Année 2010

  • Année 2009

  • Année 2008

  • Année 2007

  • Année 2006

  • Année 2005

  • Année 2004

  • Année 2003

  • Année 2002

  • Année 2001

  • Année 2000

  • Année 1999

  • Année 1998

  • Année 1997

  • Année 1996

  • Année 1995

  • Année 1994

  • Année 1993

  • Année 1992

  • Année 1991

  • Dominique Figarella - Jacques Julien

    3 juillet - 17 octobre 2004

    [English Below]
    Dominique Figarella
    France 1966, vit à Castelnau-le-Lez (Hérault)
    Depuis le début des années 90, Dominique Figarella s’est investi dans une réflexion sur la pratique picturale qui l’engage dans une œuvre exigeante, savante et ludique. Chacun de ses tableaux se présente comme un système à déchiffrer. S’y articulent des matériaux propres et impropres à la peinture (Plexiglas, chewing-gum) ; des objets incongrus (balles de tennis, ventouses) utilisés comme outils, comme images et pour leurs qualités plastiques. Un jeu complexe de décisions et d’accidents, de gestes et d’empreintes s’y met en scène tandis que la peinture, conçue dans une démarche résolument abstraite, travaille à figurer l’acte même de peindre.

    Jacques Julien
    France 1967, vit à Paris
    L’univers du sport fournit à Jacques Julien le cadre d’un travail entrepris il y a une dizaine d’années. Il en use comme d’un modèle, étranger au monde de l’art, comme d’un réservoir de références qui nous sont familières. Ni illustration ni métaphore, la plupart de ses pièces tentent de faire cohabiter, avec humour, dimension analytique et ambition poétique. Dans ses dessins, photographies et vidéos, l’imagerie sportive est recyclée. Le matériel sportif (tracés de terrains, buts, paniers de basquets, tables de ping-pong), lui, est détourné dans des sculptures impertinentes et fantaisistes qui mettent à mal les idées reçues sur ce que doit produire une pratique artistique.

    Dominique Figarella
    France 1966, lives in Castelnau-le-Lez ((Hérault)
    Since the early 1990’s, Dominique Figarella has been concentrating on a reflection about the pictural practice in works that are demanding, erudite and playful. Each of his paintings is presented as a system to be deciphered by the viewer. The artist employs diverse materials- that may fall inside painting’s domain (plexiglass) or outside of it (chewing gum) - and incongruous objects (tennis balls, plumbers’ plungers) as tools, as images and for their visual qualities. His works portray a complex game of decisions and of accidents, of actions and imprints, whereas the painting aspect is conceived within a resolutely abstract approach and seeks to show the very process of painting.

    Jacques Julien
    France 1967, lives in Paris
    The world of sports provides Jacques Julien with the framework for a body of work he began 10 years ago. He uses sports as a model, foreign to the world of art, like a reservoir of references that are familiar to us. Neither illustration nor metaphor, the majority of his works bring together humor, an analytical dimension and a poetic perspective. In his drawings, photographs and videos, the sports imagery is recycled. The sports material (outlines of athletic fields, goals, basketball hoops, ping-pong tables), is transformed into impertinent and whimsical sculptures that disturb accepted ideas of what constitutes art. (“sur ce que doit produire la pratique artistique”).


    Sans titre, 2003 Dominique Figarella Dominique Figarella Dominique Figarella Dominique Figarella Dominique Figarella Jacques Julien Jacques Julien Jacques Julien

    Autour de l'exposition