• À venir

  • Actuellement

  • Année 2014

  • Année 2013

  • Année 2012

  • Année 2011

  • Année 2010

  • Année 2009

  • Année 2008

  • Année 2007

  • Année 2006

  • Année 2005

  • Année 2004

  • Année 2003

  • Année 2002

  • Année 2001

  • Année 2000

  • Année 1999

  • Année 1998

  • Année 1997

  • Année 1996

  • Année 1995

  • Année 1994

  • Année 1993

  • Année 1992

  • Année 1991

  • Victoria Civera

    30 octobre 1999 - 2 janvier 2000

    [English Below]
    Victoria Civera
    née en 1955 à Sagunto (Espagne), vit à New York
    D’abord connue en Espagne pour une peinture qui utilise la dynamique du cercle tout en exploitant les ressources de la matière et une liberté du geste, Victoria Civera s’installe à New York en 1987.
    Sa peinture devient alors plus intime et énigmatique, les formats sont réduits. Parallèlement à ce travail, elle étend son vocabulaire pictural au moyen de la sculpture et de l’installation.
    Première occasion de voir en France l’œuvre de cette artiste, l’exposition réunit un ensemble de peintures ainsi que des objets et des installations de grande taille qui conjuguent des matériaux de toutes sortes (cotons, soies, velours, latex, bois, matières synthétiques ou plastiques) pour lesquels l’artiste témoigne d’une véritable fascination.
    Ce sont d’étranges mises en scène qui, si elles empruntent aux modèles historiques de l’abstraction, ne sont pas sans évoquer l’univers onirique des surréalistes. À l’instar des images sensorielles du rêve, elles semblent traduire un tissu d’impressions où se mêlent des événements nets comme dans la vie réelle et d’autres flous, absurdes ou extravagants.
    Toujours engagée dans une démarche picturale, l’artiste cherche à rendre compte de l’expérience que nous avons des choses, fragmentaire, incomplète, faite de sensations, d’intuitions que la raison s’efforce d’ordonner. Avec des matériaux choisis pour leur qualité visuelle et tactile, avec des formes ambiguës, allusives, elle multiplie les métaphores du corps, les signes, les symboles pour articuler une langue sans grammaire qu’elle nous invite à déchiffrer.

    Victoria Civera
    born in 1955 in Sagunto (Spain), lives in New York
    First known in Spain for paintings which used the dynamic of the circle while also taking advantage of diverse materials and gestural freedom, Victoria Civera moved to New York in 1987.
    Her painting then became more intimate and enigmatic, with smaller formats, and at the same time, she extended her pictorial vocabulary to include sculpture and installations. This exhibition provides the first opportunity to see the artist’s work in France, and presents an ensemble of paintings, objects and very large installations which combine all kinds of materials (cottons, silks, velvets, latex, wood, synthetics and plastics) for which the artist avows a veritable fascination.
    These are strange stagings which, although they borrow from historical models of abstraction, nonetheless evoke the dream-like world of the surrealists. Like sensory images in a dream, they seem to convey a host of impressions in which distinct events such as those of real life are intermingled with others that are blurry, absurd or extravagant.
    Always engaged in a pictorial approach, the artist is seeking to examine the way we experience things — as fragmentary, incomplete, made of sensations and intuitions that reason is then forced to order. With materials chosen for their visual and tactile qualities, and with ambiguous, allusive shapes, she multiplies the metaphors of bodies, signs and symbols in order to articulate a language without grammar which she invites us to decipher.


    Victoria Civera Victoria Civera Victoria Civera Victoria Civera Victoria Civera Victoria Civera Victoria Civera

    Autour de l'exposition